Augmentation mammaire : quels danger avec les prothèses

Il existe 2 interventions majeures pour Grossir des seins , la plus connue est la pose d’implants (prothèses) et la seconde est l’injection de graisse. Voici un aperçu des conséquences de de l’augmentation mammaires avec prothèses pratiquées sous anesthésie générale.

Opérations pour grossir des seins

Augmentation mammaire, une opération chirurgicale qui n’est pas sans risque

Se faire refaire les seins n’est pas à la portée de toute les bourses. Cet acte médical n’est pas anodin et peut avoir des conséquences désastreuses. Avant de passer sous le coup de bistouri du chirurgien, décryptons les risques éventuelles pour votre santé.

A qui s’adresse cette intervention ?

Si vous envisagez cette option, un point essentiel est à définir avant la pose d’implants : est-ce une lubie passagère ou un réel besoin qui comblera un manque de poitrine, un complexe voire même un mal être profond. D’ailleurs, avant de procéder à l’acte chirurgical, le médecin questionne sa patiente afin de déterminer sa vraie motivation. Dans son questionnaire, le chirurgien doit aussi mettre en garde contre les risques médicaux, les suites opératoires, le changement de l’apparence physique et aborde aussi l’aspect psychologique de cette transformation. La détresse psychologique est un facteur important que le médecin doit pouvoir déceler pour bien guider et orienter sa patiente avant un acte chirurgicale.

Si vous n’êtes pas franchement prête à franchir le cap, pourquoi ne pas tester des remèdes plus naturels ? Savez-vous qu’il existe des produits naturels pour les seins qui marchent vraiment bien ?

A partir de quel age peut-on se faire poser des prothèses mammaires ?

Une opération esthétique de cette ampleur demande au moins que la maturité psychologique soit atteinte pour les personnes plus jeunes. Les mineures doivent avoir une autorisation parentale et une puberté terminée vues les enjeux. Il serait impensable d’opérer avant même que ces organes soient arrivés à maturité.

Modèles d’implants mammaires soupçonnés de favoriser un cancer

C’est décidé, la France va enfin interdire plusieurs modèles d’implants soupçonnés de provoquer une forme rare de cancer.

Depuis 2011, 56 cas de cancer (dont 3 décès) ont été recensés sur les 500.000 femmes porteuses de prothèses mammaires. Selon l’agence ANSM, les prothèses favorisent le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC). Il s’agit d’une forme rare mais agressive de cancer provoqué par un épanchement de liquide autour de la prothèse.

L’ANSM implique les prothèses rugueuses à surface extérieure en silicone ou en polyuréthane qui représente 82% du marché français. Les marques concernées sont celles des fabricants Allergan (de type Biocell), les marques Arion, Sebbin, Nagor, Eurosilicone et Polytech.

Il est dommage que tous les implants mammaires texturés ne soient pas purement et simplement interdits puisqu’ils représentent des risques réels. A Paris et Marseille, plusieurs plaignantes ont déposées plaintes contre des fabricants pour “mise en danger délibérée de la vie d’autrui”.

Prothèses : prix de l’intervention

Prothèses - Implants
Prothèses – Implants

C’est une intervention chirurgicale qui nécessite une anesthésie générale. La patiente aura au préalable choisi la taille et la qualité la plus favorable de prothèses en rapport avec sa corpulence. L’idée n’est pas de faire un petit 36 de chemisier et un bonnet E !

Le chirurgien peut pratiquer 2 types d’interventions en plaçant les implants derrière ou devant le muscle (grand pectoral).

Ce choix sera fait après l’examen clinique pré-opératoire du sein tout comme la forme de la prothèse qui pourra être ronde ou en forme de goutte.

Tarif : A titre indicatif, la pose de prothèses en gel silicone cohésif (200 cc à 600 cc ) coûte de 3000 € à 5000 €.
Devant ces tarifs, certaines filles très complexées n’hésitent pas à se faire opérer en Tunisie. Nous ne vous conseillons pas de subir une intervention chirurgicale en pays étranger à cause du manque de suivi.
Voici une liste de chirurgien plasticiens en France.

Hospitalisation : Une anesthésie générale s’impose, cela signifie qu’il y a un rdv préalable avec le médecin anesthésiste. La durée d’intervention est de 40 minutes à 2h30 et la durée de l’hospitalisation est de 24h00 en général.

Convalescence : les suites opératoires peuvent être douloureuses surtout si les prothèses sont placées en arrière du muscle pectoral et si elles sont d’un volume supérieur ou égal à 300cc. Un arrêt de travail et d’activité de 5 à 10 jours sera prescrit afin de laisser le temps à la patiente de récupérer de l’anesthésie et de cicatriser. Après la pose des implants, un soutien gorge post-opératoire (contenseur ) doit être porté pendant 3 à 4 semaines (24h sur 24). Votre chirurgien peut aussi vous conseiller l’application de poche glacée en cas d’œdème ou sur les cicatrices.

Résultats : les cicatrices sont de moins en moins visibles car sous l’aisselle, à la base du sein ou autour du mamelon. Avec l’age, la peau s’affaisse et se détend augmentant ainsi le risque de voir des plis au niveau des côtes. Les prothèses durent un temps et se renouvellent tous les 10 ans en moyenne, il faut donc prévoir de les changer à moyen terme et peut-être plusieurs fois dans une vie.

Risques : Concernant les risques post-opératoires, il existe aussi des possibilités d’inflammations, de saignements des cicatrices et une perte de sensibilité du mamelon (ou l’inverse, hypersensibilité). L’organisme réagit aussi à la présence d’une matière étrangère en créant une capsule (coque fibreuse) autour de la prothèse. Cette capsule fibreuse durcit et c’est ce qui donne un aspect très rond au sein. L’anesthésie générale est aussi à prendre en compte dans cette intervention qui n’est pas faite en ambulatoire.

Personnalités qui ont des prothèses : celles-ci ont eu recours à cette méthode extrême et ça se voit ! Elle ne sont pas moins féminine pour autant mais on voit bien que ce n’est pas très naturel .

Chirurgie des seins, les risques à connaitre

Certaines femmes envisagent la chirurgie esthétique pour faire grossir leur seins. En fait, il n’est pas question pour nous de les montrer ici, mais sachez quand même que cette intervention a vu des loupés. Les autres désagréments potentiels :

  • un mauvais choix de chirurgien* pour une question de budget augmente les risques…
  • une taille de prothèse exagérément grosse qui génère des problèmes de dos et d’épaules…
  • la formation de coque fibreuse autour de l’implant. La réaction naturelle de l’organisme est de créer une protection qui s’épaissit pour former cette coque. Cela occasionne des douleurs et peut générer complications qui demandent une nouvelle intervention….
  • possibilité de rupture provoquée par un choc violent ou encore si l’implant est ancien. En cas de fuite de gel, il peut stagner dans l’enveloppe fibreuse qui entoure l’implant mais sans symptôme apparent. Mais il peut aussi traverser et provoquer la formation de nodules ou des ganglions inflammatoires.
  • les prothèses grossissent les seins mais peuvent entrainer des complications comme les plis ou les “vagues” qui peuvent apparaître (pour les prothèses pré-remplies de gel plus souple). En plus d’être inesthétique, il y a un important risque d’usure prématurée et d’une rupture de la prothèse…
  • les prothèses gênent l’allaitement : c’est faux
  • possible cancer du sein* : également faux, aucun risque de ce cancer avec des prothèses, bien que certains prétendent le contraire. En outre, une étude Danoise très sérieuse et très longue réalisée sur près de 3 000 femmes qui ont subit une augmentation mammaire entre 1973 et 1995 à montrée des résultats sans appel. Cette intervention met en évidence une augmentation des risque de cancer du sein. La prothèse américaine Allergan qui représente 90% des implants soulève la question des risques de cancer du sein (lymphome anaplasique à grande cellules). De nombreux cas ont été recensés démontrant que les prothèses sont dangereuses pour la santé.

*Prothèse et lymphome : Plusieurs scandales ont déjà été mis à la une et encore en ce début d’année 2019. Des patientes ayant subit des poses d’implants ont porté plainte devant la justice française à Paris et Marseille. Sur 18 cas de lymphomes dépistés, 4 femmes avaient déjà eut des retrais de prothèses PIP. C’est désagréments considérables doivent faire réfléchir à 2 fois avant de songer à pratiquer les implants….

Les risques des implants

X